Homélie samedi 28 mars

Aujourd’hui, nous entendons dans les médias, des voix qui questionnent la manière dont a été gérée notre crise épidémique actuelle. Chers frères et sœurs, comme nous le dit l’Evangile d’aujourd’hui : « Notre Loi permet-elle de juger un homme sans l’entendre d’abord pour savoir ce qu’il a fait ? »
Mettons-nous à la place de tous ceux qui avaient des décisions à prendre. Aurions-nous fait mieux ?
L’heure n’est pas à la critique, l’heure est à la charité. Notre Pape François nous l’a rappelé hier soir. Nous sommes dans la même barque que nous soyons français, italiens, chinois ou américains. Nous nous rappelons alors que nous sommes tous en ce monde frères et sœurs, et nous avons tous aujourd’hui la même préoccupation qui nous unit.
Alors restons sereins et fermes dans la foi. Malgré les nouvelles qui peuvent nous ébranler, ne tombons pas dans le jugement facile, mais vivons la charité. Gardons l’espérance que Jésus porte sa croix avec nous et qu’il nous emmène jusqu’à la résurrection. Amen