Lois de bioéthique
Lois de bioéthique : l’appel inédit des évêques de France
« Que nos yeux s’ouvrent »

Alors que l’examen en deuxième lecture du projet de loi bioéthique démarre au Sénat le 2 février prochain, ouvrant notamment la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, les évêques de France proposent quatre vendredis de jeûne et de prière. « Nous souhaitons appeler tous les catholiques ainsi que les hommes et femmes de bonne volonté à se tourner vers Dieu en priant et en jeûnant pour Lui demander la grâce de nous ouvrir les yeux à tous et d’être ensemble des artisans du respect de tous les êtres humains dès leur conception ».

Ainsi « chacun, chaque famille, chaque communauté, chaque paroisse, chaque équipe de mouvement » est invité à « trouver sa manière de jeûner et sa forme de prière ». « Que tout soit fait dans la foi en Dieu notre Père », rappellent les évêques. « Qu’Il ouvre nos yeux sur la grandeur sacrée du prochain ». Qu’il nous engage à édifier ensemble une société où les techniques demeurent à leur humble et utile place de servantes, où les petits sont les premiers de cordée, où ainsi grandira la véritable fraternité ». Chaque vendredi, une méditation de la parole de Dieu est proposée ainsi que trois intentions de prière.

Pour répondre à l’appel des évêques, nos deux paroisses proposeront à 12h15, les vendredis 22 et 29 janvier ainsi que les vendredis 5 et 12 février, une prière du milieu du jour à l’église Notre-Dame. Chacun est également invité, ces jours-là, à « trouver sa manière de jeûner », en communion les uns avec les autres. De plus, le samedi 6 février sera proposé un temps de « prière pour la vie » à l’église Notre Dame à 11h 15. Il sera précédé d’une messe confiée à l’intercession de Marie, Notre-Dame de la Vie. Aux entrées de l’église, vous trouverez un document sur les enjeux de la bioéthique afin de mieux nous faire percevoir cet appel inédit de nos évêques. Que l’Esprit-Saint nous affermisse ensemble dans la prière et le jeûne et nous donne de demeurer dans l’espérance.

Père Thierry Anquetil