Homélie du dimanche 3 mai - 4e dimanche du Temps Pascal - Dimanche du Bon Pasteur par le P. Laurent

 Chers frères et sœurs,
 
 Nous célébrons en ce jour le dimanche du Bon Pasteur. Cette image que Jésus transmet à ses disciples est magnifique. Lui il est le berger, nous nous sommes les brebis. Nous sommes dans un région où nous pouvons comprendre l’image de Jésus. Certes, nous sommes limités en déplacement en ce moment, mais nous pouvons remettre à notre esprit ces images de troupeaux de moutons de pré-salé qui sont élevés dans la baie du Mont-Michel ou dans divers endroits sur notre côte manchoise.
 
 La première chose, le troupeau est libre d’aller où il veut dans un grand espace tout en étant limité malgré tout par des grilles au sol ou des clôtures qui l’empêchent d’aller plus loin. Dieu nous laisse en effet une immense liberté. Par amour, notre Bon Berger nous laisse vivre la vie qui nous semble la bonne. Mais il ne faut pas oublier qu’il y a quand même des limites à ne pas franchir. Nous sommes en pleine liberté lorsque nous sommes unis à Jésus le Bon Berger. Etre unis à lui nous rendra libre même si parfois nous nous écartons car nous pensons consciemment ou inconsciemment le contraire. De même que le troupeau ne voit pas le berger mais lui fait confiance, de même, nous, sans voir nécessairement Jésus, nous avons à lui faire confiance.
 
 Cela nous amène à la deuxième chose. Même si le troupeau a une certaine liberté, il a cependant besoin de voir le berger. Car le berger sait mieux que les brebis ce qui est bon pour elles. Les brebis profitent d’un endroit, mais elles ne voient pas les autres pâturages qui seraient bon pour elles. C’est le rôle de du berger que de les mener vers les bons et verts pâturages. Nous aussi, nous avons besoin de Jésus notre Bon Berger pour nous montrer ce qui est bon pour nous. Nous sommes bien souvent le nez dans le guidon, vivant notre quotidien parfois à 100 à l’heure sans même prendre le temps de nous poser et de nous demander si nous ne pourrions spas vivre autrement et plus en adéquation avec notre foi. Jésus notre Bon Berger nous mène parfois dans des endroits, dans des situations, dans des rencontres... que nous n’aurions même pas envisagées parfois, pour nous convertir sans cesse. Jésus, notre Bon Berger, nous amène sans cesse à la conversion du cœur. Et c’est l’image du chien qui court après le troupeau et qui fait changer la direction du troupeau. Ce chien c’est l’Esprit Saint qui nous indique la route à suivre pour choisir le chemin que le Bon berger veut. Cela peut-être aussi notre ange gardien qui veille sur nous.
 
 La troisième chose, le Bon Berger rassemble son troupeau pour les sauver. Lorsqu’il y a une marée qui monte le berger rassemble ses brebis et les parque dans leur enclos. Ainsi elles seront sauves. Et pour entrer, il faut passer la porte de l’enclos. Et à cette porte que fait le bon berger ? Il compte ses brebis.
L’image de l’enclos des brebis, c’est l’image du Royaume de Dieu. Ce que veut Jésus notre Bon Berger, c’est nous sauver nous tous, et que nous puissions un jour passer cette porte du Royaume de Dieu. Jésus nous attend à cette porte pour nous compter chacun de nous. Cette porte pour Jésus le Bon Berger, est tellement importante, qu’il s’assimile à cette porte et dit à ses disciples par deux fois : « Je suis la porte ! »
 
 Chers frères et sœurs, en ce dimanche du Bon Pasteur, demandons alors ces trois grâces :
1-Seigneur, tu m’appelles à grandir en liberté intérieure, aide-moi à te faire confiance.
2. Seigneur, tu m’appelles à me convertir, donne-moi d’accepter d’aller où tu me mènes, et d’accomplir ainsi ma vocation.
3. Seigneur, tu m’appelles à passer la porte de ton Royaume, aide-moi à ma vocation chrétienne.
 
Amen

Retrouvez la vidéo de la messe de ce jour ici