Homélie du dimanche 19 avril dimanche de la Divine Miséricorde

Chers frères et sœurs,
 
Qu’il est bon pour nous aujourd’hui, en cette fête de la Divine Miséricorde, de se remettre dans les pas de Saint Thomas.
 Tout d’abord, nous ne manifestons pas assez le courage de Thomas ! Car, alors que tous les disciples sont enfermés, il est le seul à être dehors ! Que faisait-il, nous ne le savons pas ? Mais il était un homme plein de qualités, certainement courageux, prêt à affronter le danger.
Mais le courage ne fait pas tout, et comme tout le monde, Thomas a ses faiblesses. L’orgueil prend vite le dessus lorsqu’il refuse de croire ses frères avec cette affirmation nette : « si je ne vois pas, non, je ne croirai pas ». Est-ce de la jalousie envers ses frères qui ont vu le Ressuscité ? Est-ce de la frustration ? Est-ce de la colère ? Est-ce réellement une crise de foi ? Thomas se laisse envahir par le mal. Jésus n’est plus le premier servi ! Thomas se met au centre de tout et perd pied !
Heureusement, la miséricorde du Seigneur le rattrape ! Et il aura même ce privilège de faire une rencontre incroyable, intime avec Jésus ressuscité ! Thomas va faire l’expérience de toucher le cœur aimant de Jésus, ce cœur si brûlant pour l’humanité ! L’instant est intense ! Thomas voit la présence de Jésus ! Thomas ne touche pas avec ses mains mais il est touché au cœur ! Le cœur de Jésus s’est fait tout proche du sien ! Il en est sûr au plus profond de lui-même : Jésus est ressuscité !
Alors, il entre dans la foi ! Il se laisse emporter par ce cœur brûlant d’amour ! « Mon Seigneur et mon Dieu ! »
 
Chers frères et sœurs,
 
En ce dimanche de la Divine Miséricorde, vivons la même expérience que Thomas.
Nous aussi, nous avons des qualités comme le courage de Thomas. Et nous nous satisfaisons parfois de nous-mêmes ! Et nous passons comme Thomas, à côté des choses essentielles !
Mais nos qualités ne font pas tout ! Comme Thomas nous avons nos faiblesses ! Comme Thomas nous avons notre orgueil qui nous voile les yeux ! Comme Thomas nous sommes jaloux, frustrés, colériques et nous doutons nous aussi parfois de la présence de Jésus ressuscité à nos côtés ! Dans nos vies, comme dans celle de Thomas, nous nous laissons envahir par le mal ! Jésus n’est pas toujours le premier servi ! Jésus n’est pas au centre de nos vies et nous perdons pied !
C’est là que nous avons à vivre l’expérience de la Divine Miséricorde en nos vies ! Laissons-nous toucher par ce cœur aimant de Jésus ! Laissons-nous brûler par son amour infini, non seulement pour le monde, mais pour chacun de nous, pour MOI ! Tout l’Evangile nous montre cet amour de Jésus pour chaque homme et femme qu’il rencontre et il ne veut pas s‘arrêter là, puisque cet amour il veut le donner à chacun en particulier dans le monde et dans tous les temps.
Cela veut donc dire qu’il faut que j’ouvre mon cœur, moi personnellement ! Il faut que mon cœur soit ouvert pour que l’amour de Jésus l’inonde ! Il faut que mon cœur soit ouvert pour que Jésus me réchauffe de ses rayons d’amour.
De son cœur sur la croix a jailli le sang et l’eau ! De son cœur a jailli cette certitude que Jésus a versé son sang pour me donner la vie jaillissante, la vie éternelle !
 
Alors entrons ensemble dans cette foi ! Reconnaissons Jésus comme « Notre Seigneur et notre Dieu » ! Nous pourrons ainsi accueillir dans tout ce que nous vivons, que ce soit des événements heureux ou malheureux, la miséricorde de Dieu ! Et la miséricorde de Dieu ce révèle à nous d’une manière très précise, à travers la paix qui nous est offerte par Jésus. 
Que le Seigneur nous aide donc à percevoir les signes de paix dans nos vies car c’est là que le cœur aimant de Jésus se donne :
 « La paix soit avec vous ! »
 
Amen

Retrouvez la vidéo de la messe du jour ici