Homélie du vendredi 17 avril 2020 – Vendredi de Pâques par le P. Adrien

Chers frères et sœurs,

Avez-vous remarqué qu’il y a de nombreuses ressemblances entre l’arrestation de Jésus, son interrogatoire et l’arrestation des apôtres ? Nous avons les mêmes acteurs : les chefs du peuple, les anciens et les scribes, Hanne et Caïphe.... La question porte aussi sur l’origine, la provenance du miracle. Sur l’identité de celui qui opère, est-ce Dieu ou non. Et là aussi, le cœur des accusateurs est fermé, ils refusent de croire à ce qui est manifeste. Bref, la même histoire semble se répéter, le mal continue de traquer le Christ à travers ses apôtres, ses fidèles...
Le Christ a vaincu le mal sur la croix, et pourtant il semble toujours bien agissant. Le Christ a proclamé haut et fort sur la croix que Dieu est bon, miséricordieux, amour... mais les cœurs en face sont toujours fermés, butés. Nous pourrions nous poser la question : est-ce que tout cela n’a pas été vain... Est-ce que cela a bien été utile, efficace ?
Certes le mal est toujours agissant, l’homme peut toujours choisir d’ignorer ou de rejeter Dieu, mais cela ne doit jamais nous faire douter de la victoire complète et définitive de Dieu. Cela se traduit par la grande confiance et l’audace des apôtres, ils savent désormais que l’amour de Dieu leur est indéfectible, ils ne peuvent plus douter de la miséricorde et de l’amour de Dieu pour eux, ils savent que le mal n’aura pas le dernier mot.
Nous aussi, nous sommes invités à cette confiance, malgré les assauts répétés du mal, il nous faut garder la conviction que la chose qui nous est la plus importante, l’amour de Dieu, ne nous manquera pas. Nous aussi, il nous faut avoir la même audace, témoigner au milieu de l’épreuve que le Christ est bien vivant et agissant.

Retrouvez la messe du jour ici