Homélie de ce jour, mercredi 8 avril par le P. Adrien

Chers frères et sœurs,
 
Nous nous approchons du moment fatidique, nous voyons le mal qui se rapproche de Jésus. Jusqu’à présent, il n’y avait que les autorités juives, les grands prêtres et les pharisiens qui voulaient la mort de Jésus. Aujourd’hui, nous voyons que ce mal atteint l’un de ses plus proche ami, Judas, l’un des douze. Pourquoi Judas en vient-il à vouloir livrer Jésus ? Pourquoi en vient-il à désirer l’arrestation, la condamnation et la mort de Jésus ? Nous ne savons pas et ce n’est pas la question qu’il nous faut nous poser.
La question que nous devons nous poser c’est celle que chaque apôtre s’est posé : lorsque Jésus leur déclare « l’un de vous va me livrer », chacun questionne « serait-ce moi Seigneur ? ». Sans le savoir, chacun reconnait qu’il est capable de trahir Jésus, de le livrer. Ayons la même humilité, reconnaissons que nous sommes aussi capables d’infidélité, de trahison. « Serait-ce moi Seigneur ? ... oui ça peut être moi ». Que cet aveu ne nous enferme pas sur nous même, comme Judas, mais qu’il nous pousse à nous jeter dans les bras de celui qui est capable de nous pardonner. La miséricorde de Dieu est plus forte que nous.