Homélie du lundi 23 mars 2020

Dans l’Evangile de ce jour, Jésus accomplit un deuxième signe au début de sa vie publique. Cela veut donc dire qu’il y en a eu un premier, et qu’il y en aura certainement d’autres.

En fait, dans l’évangile de Jean, 7 miracles sont relatés lors de sa vie publique. Voici ces 7 miracles que Saint Jean a jugé bon de nous retransmettre :
1. L’eau changée en vin lors des noces de Cana
2. La guérison du fils du fonctionnaire royal que nous avons entendu aujourd’hui
3. La guérison du paralytique à la piscine de Bethesda
4. La multiplication des pains
5. Jésus qui marche sur les eaux
6. La guérison d’un aveugle-né (entendu dimanche dernier)
7. La résurrection de Lazare (que nous entendrons dimanche prochain)

Tous ces miracles ne prennent sens qu’avec le 8e miracle de l’évangile de Saint Jean qui est la résurrection de Jésus. A travers ses miracles Jésus montre :
1. qu’il est plus fort que les éléments (eau changée en vin, multiplication des pains, il marche sur les eaux).
2. qu’il plus fort que le mal, que le péché, que la souffrance (la guérison du fils du fonctionnaire royal, la guérison du paralytique, la guérison de l’aveugle-né).
3. qu’il est plus fort que la mort (résurrection de Lazare).

Et le 8e miracle, la résurrection de Jésus, donne sens à tout cela :
1. Par sa résurrection, Jésus nous montre qu’il est réellement maître de la création, des temps et de l’histoire.
2. Par sa résurrection, Jésus nous montre qu’il est celui qui nous sauve de tout mal, de tout péché, de toute souffrance.
2. Par sa résurrection, Jésus nous montre qu’il est celui qui anéantit la mort et ouvre les portes de la vie éternelle.

Et c’est bien là le but essentiel de Jésus, nous faire entrer par tous ces moyens dans la vie éternelle. C’est pourquoi Jésus prononce cette parole dans l’évangile de ce jour : « Va, ton fils est vivant. » C’est là le désir le plus profond de Jésus, que nous ayons la vie éternelle, que nous soyons des vivants.

Alors durant ce Carême, déposons notre mal, notre péché, notre souffrance, notre mort future au pied de Jésus et demandons-lui avec foi qu’il accomplisse ce qu’il est venu faire en ce monde : nous donner la vie éternelle pour que nous soyons, comme le fils guéri de l’évangile, des vivants ! Amen